logo kopfgrafik links adresse mitte kopfgrafik rechts
   

FÖRDERGEBER

   Bundeskanzleramt

   Wien Kultur

PARTNER/INNEN

Netzwerk Literaturhaeuser

mitSprache

arte Kulturpartner

Incentives

Bindewerk

kopfgrafik mitte

Sandra Gugic: Astronauten

Extrait  de    en    fr    span    cz

>>Critique

Elle regarde à travers la vitre, son corps est tendu. L’appareil photo est sur ses genoux, mais elle n’y touche pas, bien que le paysage ait changé. Nous avons quitté la ville. À droite et à gauche, la route est bordée d’arbres et de champs, la campagne est toujours plate, une ligne droite qui paraît infinie, mais qui, au bout d’un moment, se change en forêt. Je pourrais appuyer sur la pédale, accélérer encore plus, toujours tout droit, avec cette idée en tête, comme une idée fixe, que nous finirions de toute façon par revenir au point de départ. La lumière s’accélère avec nous, vibre entre les allées d’arbres, émaillant de taches rouge orangé les dégradés de vert. Chaque seconde recèle la possibilité de briser le silence, mais par où commencer ? J’ai perdu des choses, des phrases, des jours, qui sont réapparus des minutes, des heures, des jours plus tard, là où je ne les soupçonnais pas.
C’est elle qui commence à parler, le regard rivé sur la ligne jaune qui disparaît à l’horizon. Quand elle raconte, c’est comme si elle partait loin, comme si elle se repliait derrière la pupille depuis longtemps délavée de son œil gauche. Ses doigts effilés courent machinalement le long de son avant-bras, géométrie des lignes droites et claires de cicatrices qui me rappellent les traits que gravent les prisonniers aux murs de leurs cellules, tandis que son histoire nous emmène dans un jardin : elle a huit ans, peut-être, elle remonte de la cave de lourds pots de fleurs qu’elle veut remplir de terre, dehors, et y mettre des vers qu’elle aura déterrés auparavant dans le jardin. Les vers tentent péniblement de se frayer peu à peu un chemin dans la terre qu’elle a tassée, mais ne parviennent pas à s’y enfoncer parce que celle-ci est trop dure. Elle décrit comment les vers, à moitié enterrés et à moitié restés à la surface, se sont desséchés au soleil, et comment elle les a regardés mourir. Elle se met à rire en continuant de raconter qu’elle n’arrêtait pas de refaire l’expérience parce qu’elle ne pouvait ou ne voulait pas comprendre que la terre était trop dure. Elle raconte comment elle a pleuré les vers de terre, dans un désespoir enfantin. Elle rit de plus belle lorsque je dis que c’est peut-être cela, devenir humain, l’instant où l’on veut avoir quelque chose, posséder quelque chose à soi. « Devenir humain », son rire emporte le mien. Elle répète « devenir humain, tu ne sais pas ce que tu dis. »
À l’instant suivant, excitée, elle montre quelque chose devant la voiture. Derrière la ligne jaune, sur le bas-côté de la route, il y a un animal, immobile, qui se tapit un peu sur notre passage, comme un coureur sur les starting-blocks. Nous roulons trop vite pour voir ce que c’est, un chat peut-être. Dans le rétroviseur, je le vois, juste derrière nous, traverser prestement la route entre deux voitures qui nous suivent. Mara se retourne, je fixe à nouveau mon regard sur la route devant moi, et c’est là que quelque chose me traverse, qu’une image s’impose à moi, sans rapport avec la situation, une scène d’un film en noir et blanc dont le titre ne me revient pas. Un personnage qui dit : « Be a
Mensch. You know what that means ? ».

(p. 84-85)
©
München: C. H. Beck Verlag, 2015
Traduit par Nathalie Rouanet-Herlt

>> Incentives

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Link zur Druckansicht
Veranstaltungen
Sehr geehrte Veranstaltungsbesucher
/innen !

Wir wünschen Ihnen einen schönen und erholsamen Sommer und freuen uns, wenn wir Sie im September...

Ausstellung
Christine Lavant – "Ich bin wie eine Verdammte die von Engeln weiß"

09.05. bis 25.09.2019 Die wissenschaftliche Auseinandersetzung mit ihrem Werk und die...

"Der erste Satz – Das ganze Buch"
– Sechzig erste Sätze –
Ein Projekt von Margit Schreiner

24.06.2019 bis 28.05.2020 Nach Margret Kreidl konnte die Autorin Margit Schreiner als...

Tipp
OUT NOW - flugschrift Nr. 27 von Marianne Jungmaier

Eine Collage generiert aus Schlaf und flankiert von weiteren auf der Rückseite angeordneten...

Literaturfestivals in Österreich

Bachmannpreis in Klagenfurt, Tauriska am Großvenediger, Ö-Tone und Summerstage in Wien – der...