logo kopfgrafik links adresse mitte kopfgrafik rechts
   

FÖRDERGEBER

   Bundeskanzleramt

   Wien Kultur

PARTNER/INNEN

Netzwerk Literaturhaeuser

mitSprache

arte Kulturpartner

Incentives

Bindewerk

kopfgrafik mitte

Barbi Markovic: Superheldinnen (les superhéroïnes).

de    en    fr    span    cz

Roman.
Avec des traductions de Mascha Dabic.
Salzburg-Vienne: Residenz Verlag, 2016.
176 S.; Euro 18,90.
ISBN 978-3-7017-1662-3.

Barbi Markovic

Extrait

Suivant le principe du personnage culte de Superman, le nouveau roman de Barbi Markovic, "Superheldinnen" (les superhéroïnes), met en scène trois amies qui donnent un coup de pouce à ceux que le destin n’a pas favorisé. Cependant, leur mode opératoire est bien différent de celui de leur modèle. Le type "d’intervention" appliquée chaque semaine à une personne désignée par la narratrice, par Mascha et leur amie Direktorka, s’appelle "l’éclair du destin", l’alternative étant une "extermination". Dans leur chronique publiée dans le magazine "Astroblick", elles animent leur public à allier leurs forces pour transporter les élus dans un monde qu’elles espèrent meilleur, ou au contraire pour faire disparaître ces personnes de la mémoire collective.

Bien davantage que de la maigre rétribution de leurs traits de génie, elles ont besoin les unes des autres pour ne pas sombrer dans la dépression sociale. À défaut d’autres sources de revenus, les amies projettent tous les samedis leurs interventions à venir dans un café viennois poussiéreux, où la narratrice s’interroge entre autres sur les raisons pour lesquelles elles se voient refuser l’accès à la classe moyenne bourgeoise. Émigrées d’un empire déchu, l’ex-Yougoslavie, elles n’ont guère hérité davantage de leur patrie qu’un don pour la parapsychologie transmis par leurs tantes et leurs grands-mères.

Imprégné de l’atmosphère de leurs villes d’origine, Belgrade et Sarajevo ainsi que des villes qu’elles adulent, Vienne et Berlin, le récit de Barbi Markovic évoque les problèmes financiers récurrents des jeunes femmes et leurs rêves qui se nourrissent des mécanismes de la publicité. "Superheldinnen" est une satire captivante qui raconte avec un humour noir le fossé qui sépare de notre société prospère ces jeunes immigrées démunies de tout, fossé qu’elles veulent à tout prix surmonter. Et un happy end qui ne pourrait être plus ambigu.

Extrait de la critique de Beatrice Simonsen, mai 2016
Traduit par Florence Hetzel

version intégrale dans le magazine de la Literaturhaus:
http://www.literaturhaus.at/index.php?id=11032

>> Incentives

Link zur Druckansicht
Veranstaltungen
schriftlinien – Brigitta Höpler | Rhea Krcmárová | Erika Kronabitter | Barbara Rieger | Andrea Zámbori

Fr, 26.04.2019, 19.00 Uhr Transmediale Poesie Die Veranstaltungsreihe schriftlinien widmet sich...

xyz – .aufzeichnensysteme | patricia brooks | thomas havlik | judith nika pfeifer | jörg piringer

Mo, 29.04.2019, 19.00 Uhr Lesungen | Performances | Sound Poetry xyz – die drei achsen im...

Ausstellung
Christine Lavant – "Ich bin wie eine Verdammte die von Engeln weiß"

09.05. bis 25.09.2019 Die wissenschaftliche Auseinandersetzung mit ihrem Werk und die...

"Der erste Satz – Das ganze Buch" – Sechzig erste Sätze
Ein Projekt von Margit Schreiner

24.06.2019 bis 28.05.2020 Nach Margret Kreidl konnte die Autorin Margit Schreiner als...

Tipp
Soeben erschienen – die flugschrift Nr. 26 von Thomas Havlik

Thomas Havliks poetisches Tun ist an den Grenzen von Sprache angesiedelt, dort, wo Sprache...

ZETTEL, ZITAT, DING – GESELLSCHAFT IM KASTEN

Noch bis 23. Mai ist Margret Kreidls Zitatkasten-Kunstwerk im Literaturhaus zu sehen....